Présentation

Editorial

Programme 2007

Règlement
Photos Commentées
Galerie Photos

Contactez-Nous

Editorial

L’idée de ce week-end prolongé germait depuis longtemps dans les esprits fertiles du comité organisateur de Route Nationale 7 Historique.

Pourquoi ?  Chaque année, nous devons refuser malgré nous autant de concurrents que ceux qui se sont engagés pour parcourir ces fameux chemins oubliés de France.

C’est donc en priorité à ces équipages que « Alsace Découverte » s’adresse.
Les possibilités d’un hébergement particulièrement authentique et convivial ne nous permettent pas d’accepter plus de 32 équipages.
Perpétuellement partagée entre culture germanique et latine, l’Alsace affiche une identité à part, bien différente du reste de la France.  La région offre un patrimoine unique, composé de châteaux forts surplombant des villages aux maisons à colombages plus que jamais mises en valeur et jouit d’un microclimat particulièrement ensoleillé.

Côté savoir faire, l’artisanat, la gastronomie et l’oenologie font de la région une destination alléchante et dépaysante.  De plus, l’Alsace accueille une belle brochette d’amis et d’amies habitués de nos épreuves et qui nous rejoindront en Alpine, NSU, Volvo, Opel ou peut-être Bugatti et Ferrari.

Nous vous proposons de vous faire découvrir quelques unes des meilleures adresses du terroir.

Le complexe du Bollenberg qui nous accueille et qui nous est exclusivement réservé est le fief de la famille Meyer.  Il est situé au coeur des vignobles « Clos Sainte-Appoline » et se complète d’une distillerie et d’une coopérative agricole.
Vous y jouirez d’une vue imprenable sur les Vosges, la plaine d’Alsace et la Forêt Noire.
L’Auberge du Vieux Pressoir est absolument unique tant par sa situation et son décor intérieur que par ce qu’il vous sera donné de convivialité, d’accueil et de bonheur gourmand.
Les décors rustiques et authentiques des différentes salles ont un air de musée (tire-bouchons, clés, armes, armures, meubles, etc.) ; les trophées sont exposés là où  les plafonds et les murs offrent encore de la place.
Blaise et Michel Meyer, l’un maître sommelier, l’autre élu « meilleur confiturier et meilleur pâtissier de France » vous recevront avec bonhomie et gentillesse. Leur domaine comprend les champs et l’élevage qui fournit de la nourriture fraîche à l’hôtel, les vignobles le vin et la distillerie le pousse-café !
Il est donc inutile  de préciser que le restaurant offre une excellente cuisine gastronomique de plats alsaciens.
Tout à fait dans la philosophie de RN7 Historique, ils ont à coeur de vous choyer et de vous faire partager leur idée de l’accueil du bonheur de vivre !
Pour l’hôtel, il suffit de sortir du restaurant : il est juste en face.  Hammam, sauna et balnéo esthétique vous remettront en forme dans cet endroit isolé dans la nature et qui respire la bonne humeur.
De la Montagne des Vosges et de ses nombreux cols et routes de crêtes, vous traverserez bon nombre de villages ayant conservé le charme médiéval de leurs ruelles fleuries bordées de maisons à colombages, de leurs placettes pavées où trône une fontaine.

Le programme de l’Alsace découverte 2007est assez copieux et il sera utile de bien préparer sa monture en portant une attention toute particulière bien sûr à sa copilote qui travaille le road book pendant que vous vous amusez avec le volant mais aussi au système de freinage qui vous sera d’une grande utilité ; jugez plutôt :

Nous vous recevrons le jeudi 13 septembre dès 18 h à l’hôtel Arlux d’Arlon pour le briefing et le repas à partir de 20 h.

Vendredi 14, vous quitterez  cette région industrielle insérée entre Belgique, Luxembourg et France au plus direct et vous vous retrouverez au coeur de la forêt de Garche avant de traverser la Moselle à Gavisse : direction sud-est en traversant les forêts désertiques de Lorraine. Après le contournement de Saint-Avold vous filere z vers Sarrebourg par les étangs de la Muche, de Lindre et du Stock. A Abreschviller, vous laisserez la gare et son petit train à vapeur pour traverser la forêt d’Abreschviller par la vallée du Quirin jusqu’au sommet du col du Donon vous laissant l’impression de quelque paysage de bout du monde !. Vous gagnerez ensuite le col du Hantz par la forêt montagneuse de Senones.  Les cols de Saales, de Sainte- Marie et des Bagenelles vous conduiront jusqu’au sommet du col du Bonhomme pour filer ensuite à travers la forêt des vieux lacs (avec les lacs Noir, Blanc et du Forlet) jusqu’au majestueux col de la Schlucht.  4 cols et 3 lacs plus loin, vous arriverez pour un repos déjà bien mérité dans la quiétude du domaine du Bollenberg.

Samedi 15, vous attaquerez dès le départ la partie sud de la route des crêtes par le château de Freundstein et le sommet du ballon d’Alsace à 1420 m.  Après la cascade de Saint-Nicolas et le col d’Oderen, vous quiterez la montagne par le col du Mont de Fourche et les routes très sinueuses de la vallée du Rahin pour faire étape le midi à Belfahy où nous avions fait une pause apéro l’an passé.  Le menu campagnard du restaurant qui vantait les plaisirs de la table et des cochonnailles ne nous a pas permis d’y résister !

Nous traverserons ensuite les Ballons des Vosges jusqu’au musée de l’Aventure Peugeot à Sochaux.  Le retour sera assez court par le col du Hundschrück et le col d’Amic.

Dimanche 16, vous prendrez la route du retour à travers les paysages les plus réputés de cette merveilleuse Alsace : la route des 5 châteaux vous amènera à Turkheim où vous emprunterez le parcours de la course de côte des 3 Epis.  Après Kaysersberg, le village du Docteur Schweitzer, vous traverserez la plaine viticole par Sigolsheim, Ribeauvillé et monterez jusqu’au Haut Koeningsbourg.  Ensuite, c’est le parcours de la course de côte de Fouchy qui vous ramènera au col de Saales.  Après le bien nommé col de la Chipotte (cela ne s’invente pas !), le relais de Vincey vous accueillera pour le repas.

A 15 h, vous reprendrez la route pour le retour libre en Belgique : il restera alors 30 km pour rejoindre Nancy et 350 jusque Bruxelles.

Est-il besoin de préciser que toute notre équipe, Mimi, Albert, Robert et Michel, vous recevra avec toute la gentillesse et les attentions agréables qui vous sont désormais habituelles, mais aussi la rigueur des organisations bien rôdées !
Nous nous faisons une joie de vous retrouver en cette fin d’été, que nous prévoyons évidemment ensoleillée, pour découvrir ensemble d’autres chemins oubliés de France.
En attendant 2008 et une « Route Nationale 7 Historique » qui traversera pour la 1ère fois les Alpes avant de revenir sur la route la plus légendaire de France et la traditionnelle arrivée sur les  plages de la Côte d’Azur à St-Raphaël !

Il vous reste à mettre une bonne dose de bonne humeur dans un coin de la boîte à gants et comme je le répète lors de la Nationale 7 de Mai : nos souvenirs sont devant nous alors, contact, moteur et bonne route !


M. DARTEVELLE.